Un peu d’histoire

Après des débuts modestes…

En 1095, lorsque le Pape Urbain II a publié l’appel à la première croisade, le monde chrétien occidental a vu cela comme une action défensive. Depuis le début du 8ème siècle, l’Europe a été l’objet d’attaques incessantes des forces islamiques en commençant par la péninsule ibérique. Non seulement c’était plus de l’Espagne chrétienne conquis, mais les armées islamiques ont pénétré dans le cœur de la France, avant d’être arrêté par Charles Martel en 732 encore, les forces islamiques ont continué de menacer l’Europe, occupant la Sicile, la plupart du sud de l’Italie, et même assiéger Rome en 846 et sac basilique Saint-Pierre. Pourtant, la première croisade n’était pas dirigée contre l’islam lui-même, mais contre les Turcs seldjoukides, qui, dans leur conquête de la Palestine remplacé la tolérance arabe précédente de pèlerins chrétiens avec l’intolérance et la violence. À la fin de Juillet 1099, la première croisade avait atteint son objectif de restaurer les lieux saints de contrôle chrétienne.

C’était une chose de conquérir…maintenant, le défi était de se prononcer. Immédiatement deux problèmes confrontés le nouveau Royaume de Jérusalem, étant l’un des pires exemples de fragmentation féodale. Les vassaux du roi de Jérusalem sont taillé leurs propres fiefs et de devenir plus puissant que leur seigneur féodal. Ils ont même été engagés dans des conflits entre eux, ce qui empêche souvent les efforts pour contrer toute nouvelle menace de l’islam. Le deuxième problème est l’absence d’une force de combat fiable pour défendre la conquête. Une fois que la croisade a été terminée, la plupart des croisés survivants, après avoir rempli leurs vœux, rentrés chez eux. Les Templiers serait la solution en devenant la première armée de renommée internationale.

Hugues de Payns

Hugues de Payens

L’occasion s’est présentée en 1118 à 1119, quand un groupe de chevaliers idéaliste dirigée par Hugues de Payns ont offert leurs services pour protéger les pèlerins en route vers les Lieux Saints. S’organiser en une communauté religieuse, les vœux ont été apportées au Patriarche latin de Jérusalem.Baudouin II, roi de Jérusalem, leur a fourni des quarts de ce qui avait été la mosquée al-Aqsa, la pensée de faire partie du Temple de Salomon. Ils sont devenus connus comme les Pauvres Chevaliers du Christ du Temple de Salomon, ou tout simplement les Chevaliers du Temple. C’était peut-être le roi, qui voyait dans ces Pauvres Chevaliers du Christ, la possibilité de créer une force de combat. Cela a été renforcé lorsque les comtes d’Anjou et Champagne rejoint l’Ordre.

Maintenant, les choses allèrent vers l’Europe. Si cette humble groupe de chevaliers était de devenir une force effective militaire, la reconnaissance papale, l’autonomie, et une base économique dû être acquis. Hugues de Payns se rendit en Europe pour une mission d’obtenir le soutien et recruter de nouveaux membres. Plus important encore, le soutien du chef de l’église remarquable de la période a été enrôlé, Bernard, abbé cistercien de Clairvaux. En 1128-1129 Conseil a eu lieu à Troyes en Champaigne dans lequel l’Ordre du Temple a été reconnu et muni d’une règle, rédigé sous la direction de Bernard. Le pape Honorius II a approuvé la reconnaissance, avec Hugues de Payns devenant le premier maître du Temple.

C’était Bernard de Clairvaux, qui saisit l’importance historique, quand il écrit dans Delaude novae militae (Éloge d’une nouvelle Chevalerie) qu’un nouveau type de l’Ordre a été créé, composé de laïcs qui mélangés la vie chevaleresque et monastique. Ces moines-soldats se battent pour protéger les intérêts des chrétiens.Alors que Hugues de Payns avait été le chef d’une mission et une vision, un individu possédait des talents administrative était nécessaire. C’était Robert de Craon, qui est devenu maître du Temple c 1136.

Au moment de la mort du Grand Maître de Craon en 1149, une série de papes avait accordé des privilèges qui ont fait les Templiers une personne morale autonome, responsable uniquement devant la papauté.Exemptions papales et royales ont permis aux Templiers de devenir économiquement indépendantes, le financement de leurs efforts militaires à l’étranger en grande partie par des dons de terres européennes et de l’argent. Dans le processus, la Templiers façonné le premier système à l’échelle européenne de la banque internationale. Leurs couvents, notamment à Londres et à Paris, sont devenus des « chambres de compensation » pour le dépôt, le décaissement et le transfert de fonds. La fiabilité du système pour l’efficacité et l’honnêteté attiré dirigeants de l’Eglise et les rois de confier leurs fonds et d’objets de valeur à la sécurité des Templiers.

Krak des Chevaliers en Syrie 11ème siècle

Krak des Chevaliers en Syrie 11ème siècle

Leur indépendance a permis aux Templiers de créer une force de combat efficace, une flotte navale, et un système de défense des forteresses en Palestine / Syrie. Dans la péninsule ibérique, les Templiers ont soutenu la Reconquista, dirigée par les rois espagnols et portugais. À la hauteur de leur pouvoir au 13ème siècle, l’Ordre comptait environ 7000 membres, dont les chevaliers, les sergents d’armes, non-militaires sergents, les frères et les prêtres. Leur réseau comptait environ 870 châteaux, commanderies et les couvents se propager dans la plupart de l’Europe chrétienne, la Palestine et la Syrie. Ils ont inspiré à la fois les Hospitaliers et les chevaliers teutoniques à adopter des rôles militaires. Les Templiers ont servi de modèle pour les nouveaux ordres militaires établis par les dirigeants au sein de la péninsule ibérique, comme Calatrava en Castille et Santiago de Leon.

En 1146, le pape Eugène III accorde aux Templiers le privilège de porter la Croix-Rouge ou de la Croix pattée sur leurs manteaux comme un symbole de leur volonté de verser leur sang. Connu pour leur bravoure, détermination et discipline, une grande partie du fardeau de la défense des États Croisés est tombé sur eux.Décrit comme « lions dans la bataille, » des milliers de Templiers ont donné leur vie comme ils ont gagné la gloire éternelle dans des batailles comme Cresson, Hattin, La Forbie et Mansourah. Malgré leurs efforts, Jérusalem a été perdu de Saladin en 1187 Les Templiers se sont établis à Acre, après le succès limité de la troisième croisade. Après la perte d’Acre en 1291, les Templiers, l’évacuation de leurs derniers châteaux en Palestine / Syrie, se sont retirés de l’île de Chypre.

Dois t-on « blâmer » les Chevaliers de L’Ordre du Temple du 12ème siècle ?

Qui était responsable de la perte des États croisé? Les Templiers ont peut-être partagé dans le blâme, en raison du leadership inefficace et la participation à la vie politique. Mais il y avait des raisons plus importantes, telles que le fait de ne pas établir un ordre politique efficace en Palestine et la tendance des grands seigneurs à être entraînés dans une intrigue politique au lieu de défendre le royaume contre l’ennemi commun. L’arrivée de nouveaux croisés en insistant sur la poursuite de la guerre sainte souvent bouleversé l’équilibre du pouvoir qui avait été atteint entre les chrétiens et les musulmans, encourageant ainsi une réaction islamique forte. Le problème du leadership n’a jamais été résolu. Même les rois fait dirigeants pauvres des croisades, depuis leur méfiance politique les a suivis à la Palestine et, eux aussi, ont dû retourner à leurs royaumes d’origine.

L’idéalisme et l’inspiration morale de la première croisade perdu de son éclat et corrompus par avidité pour le pouvoir politique et la richesse. Enfin, il a été la réaction islamique que l’on trouve des leaders efficaces, comme Saladin, pour mener la contre-attaque de la présence européenne au Moyen-Orient. En bref, les chances étaient non seulement contre la survie des États croisé mais contre les Templiers comme une force de combat durable au Moyen-Orient.

À la fin du 13ème siècle, des questions ont été soulevées au sujet de l’efficacité des ordres militaires des propositions en cours pour les unifier. La chute d’Acre fait de la question plus pressante. Bien que les deux les Hospitaliers et les chevaliers teutoniques ont trouvé de nouveaux rôles pour eux-mêmes, les Templiers ne disposaient pas des ressources économiques qui sont essentielles pour tout renouvellement de leurs prouesses militaires en raison de la perte de terres en Palestine et en Syrie, la baisse de patrons de dons de terres et d’argent , la restriction des leurs exemptions, et l’impact de l’inflation. Recrutement est devenu plus difficile que les Templiers devinrent une ordonnance de vieillissement. En outre, l’apparition de posséder une grande richesse est devenu le baiser de la mort. Dirigeants, motivé par la cupidité et la jalousie, ont profité de la perte des Templiers de crédibilité et de respect. Déjà au début du 14ème siècle, les rois anglais avaient violé le temple des Templiers à Londres.

Roi Philippe_IV

Roi Philippe IV

En fin de compte le sort des Templiers serait décidé en France.Philippe IV, roi de France, a fait le déplacement à contester l’existence des Templiers. Profitant de rumeurs de corruption des Templiers (sans doute exagérée) et d’un pape faible et conforme, en 1307, Philippe IV a ordonné l’arrestation de tous les Templiers en France, y compris le Maître du Temple, Jacques de Molay. Le pape Clément V ordonne une enquête sur les accusations portées contre les Templiers. Sous une immense pression politique, le pape a ordonné l’arrestation de tous les Templiers dans l’Europe chrétienne et la saisie de leurs biens.

Dans une tentative de résoudre la question des Templiers, Clément V convoqua le concile de Vienne en 1312 L’absence d’une preuve incriminante crédible conduit la majorité des pères conciliaires de conclure que les accusations n’étaient pas fondées. Puis le pape de sa propre autorité a délivré le Bull, Vox excelso, la dissolution de l’Ordre. Templiers devaient être mis à la retraite et leurs biens remis aux Hospitaliers.

L’acte final est venu le 18 Mars 1314, lorsque Philippe IV ordonna l’exécution par le feu de Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay comme relaps. Trouver le courage à la fin, ils ont tous deux nié vigoureusement les accusations portées contre l’Ordre. En 1312, après le concile de Vienne, et sous une pression extrême du roi Philippe IV, le pape Clément V a publié un édit qui prétend dissoudre l’Ordre. Mais puisque l’Ordre avait existé onze ans avant la reconnaissance papale (fondée en 1118, reconnue par le Pape en 1129 au concile de Troyes), le pape n’avait le pouvoir de retirer sa reconnaissance ecclésiale.

De nombreux rois et les nobles, qui avaient soutenu les chevaliers jusqu’à ce moment, enfin acquiescé et dissous les ordres dans leurs fiefs, conformément à la commande du pape. La plupart ne sont pas aussi brutal que le français. En Angleterre, de nombreux Chevaliers ont été arrêtés et jugés, mais pas reconnu coupable.Une grande partie de la propriété des Templiers en dehors de la France a été transféré par le Pape pour les Chevaliers Hospitaliers et Templiers de nombreux survivants ont également été acceptés dans les Hospitaliers.

Dans la péninsule ibérique, où le roi d’Aragon était contre l’octroi de l’héritage des Templiers Hospitaliers (comme commandé par Clément V), l’Ordre de Montesa a pris actifs Templiers. L’ordre a continué d’exister au Portugal, en changeant simplement le nom de l’Ordre du Christ. Ce groupe a été soupçonné d’avoir contribué aux premières découvertes navales des Portugais. Par exemple, le prince Henri le Navigateur a mené l’ordre portugais pendant vingt ans, jusqu’à la date de son décès (voir notre portugais Templiers Histoire ). En Ecosse, après Templiers a joué un rôle important dans la victoire écossaise de Bannockburn le 24 Juin 1314, Robert le Bruce a rejoint les Templiers et Hospitaliers dans une nouvelle Ordre du Temple et de Saint-Jean.

Même avec l’absorption des Templiers dans d’autres commandes, il ya encore des questions quant à ce qui est devenu de tous les dizaines de milliers de Templiers à travers l’Europe. Il y avait eu 15 000 « Maisons des Templiers », et une flotte de navires. Même en France, où des centaines de Templiers ont été arrêtés et arrêtés, ce n’était qu’un petit pourcentage des quelque 3.000 Templiers dans l’ensemble du pays. En outre, l’archive étendue des Templiers, avec des registres détaillés de tous leurs avoirs et transactions financières, n’a jamais été retrouvé. Par bulle papale, il devait être transféré à la Hospitaliers, dont la bibliothèque a été détruite au 16ème siècle par les envahisseurs turcs.

Certains chercheurs pensent qu’un certain nombre de Templiers s’enfuit dans les Alpes suisses. Il ya des dossiers de villageois suisses autour de ce moment-là tout à coup devenir tacticiens militaires très qualifiés.Une attaque a été menée par Léopold Ier d’Autriche, qui a tenté de prendre le contrôle du col du Saint-Gothard avec une force de 5000 chevaliers. Son travail a été pris en embuscade et détruit par un groupe d’environ 1.500 paysans suisses. Jusqu’à ce moment, la Suisse n’avait aucune expérience militaire, mais après la bataille, le Suisse est devenu célèbre en tant que combattants aguerris. Certains contes populaires de l’époque décrivent comment il y avait « chevaliers blancs armés » qui sont venus pour les aider dans leurs batailles. C’est peut-être là où le sous-sol des Templiers « Brotherhood » a fini, dans les cantons (provinces) de la Suisse. Il pourrait expliquer pourquoi le drapeau suisse est un symbole des Templiers sur un fond rouge.Et cela expliquerait pourquoi la Suisse a soudainement pris sur le lieu où les Templiers avaient quitté comme les banquiers de l’Europe. Influence des Templiers semble se refléter dans les armoiries utilisées par les cantons suisses et même dans la nomination de certains sites suisses comme la ville de Sion.

Real Petit NavireOn sait peu sur ce qui est devenu de la flotte des Templiers de navires. Il est record de 18 navires Templiers étant dans le port de La Rochelle, en France le 12 Octobre 1307 (le jour avant le vendredi 13).Mais le lendemain, la flotte avait disparu. Fait intéressant, deux Templiers avaient survécu à la chute d’Acre. En 1340, ils ont été découverts, marié et père de famille et de servir un sultan en Palestine. Ils ont été rapatriés, à condition que les pensions, et reçu avec grand honneur par la cour papale. Mais une ligne secrète de Grands Maîtres pu continuer comme enregistré dans la  Charte Larmenius . Considéré comme le «Fraternité».

Restauration de l’Ordre, 1700-

Ainsi, les Templiers ont survécu comme un ordre de métro après 1314, tant sur le continent de l’Europe et en Ecosse. Le décret est entré en vue semi-public à Versailles, en France en 1705, quand un couvent général de l’Ordre élu Philippe, duc d’Orléans, régent de France plus tard, à la Grande Maîtrise de l’Ordre.

En 1736, Andrew Michael Ramsay, un franc-maçon écossais et catholique, a prononcé un discours à la loge maçonnique à Paris, insistant sur le fait que la franc-maçonnerie a commencé en Palestine parmi les croisades, en particulier les ordres militaires. Le résultat a été une frénésie de nouveaux rituels, les symboles et les mythes sur la base des croisades et des ordres militaires. Quand la bataille de Culloden en 1746 mis fin à toute espoir d’une restauration Stuart, franc-maçonnerie française a commencé à développer sa propre identité. Maintenant, un noble et franc-maçon allemand, le baron Karl von Hund, a révélé sa croyance qu’il avait découvert une nouvelle forme de la franc-maçonnerie, connue sous le nom Stricte Observance, directement descendantes des Templiers. Il est basé sur la survie des Templiers dans les îles britanniques, en particulier en Ecosse. Cette croyance en la survie des Templiers est devenu très populaire parmi les différentes loges maçonniques. Pendant ce temps, les pavillons continentaux ont été influencés par le rationalisme des Lumières avec de nombreux membres de devenir des partisans du changement révolutionnaire à l’encontre de la monarchie absolue et un ordre social fondé sur la naissance et le privilège.Puis vint la Révolution française en 1789, avec sa promesse d’un nouvel ordre fondé sur la fraternité, l’égalité et la liberté.

fabre-palaprat

Dr. Fabre Palaprat

Sur la crise créée par la Révolution, un «enfant de la Révolution », Napoléon Bonaparte, rose au pouvoir, promettant de diffuser les idéaux de la Révolution à l’ensemble de l’Europe. Après avoir conquis la plupart de l’Europe continentale, il se fit proclamer empereur. En cette même année 1804, une nouvelle forme de Templarism apparu.Un « restauré » Ordre du Temple évolué sur les Chevaliers de la Croix, une loge maçonnique plutôt conservateur à Paris. Les fondateurs comprenaient le Dr Fabre-Palaprat, un podologue, Ledru, un médecin, Claude-Mathieu, et Radix de Chevillon. Fabre-Palaprat a accepté le poste de Grand Maître.

Sous la direction du Dr Bernard Raymond Fabre’-Palaprat, l’Ordre a commencé à s’épanouir à nouveau, surtout avec le patronage de Napoléon Bonaparte. Fabre’-Palaprat était un produit de l’époque des Lumières, et vit Templarism comme une expression de l’aide, de la décence, le dévouement et le comportement chevaleresque. Il avait un talent remarquable pour communiquer les idéaux romantiques de chevalerie à d’autres personnes et, par conséquent, de nombreux citoyens éminents sont devenus membres et l’Ordre ont augmenté rapidement.Dans le même temps, deux documents intéressants surface. L’un était la Charte de la transmission, par lequel un prétendu successeur de Jacques de Molay, Jean M. Larmenius, prévue à la survie secrète des Templiers. Ce document, écrit en chiffres, également inclus dans de chiffrement les signatures des Grands Maîtres de Larmenius à Fabre-Palaprat. Le deuxième document était les statuts de 1705, la pensée d’avoir été écrit sous la direction de Philippe, duc d’Orléans, que les fondateurs de 1804 revendiqués comme restaurateur des Templiers.

Napoléon

Napoléon

Pour des motifs personnels Napoléon Bonaparte a approuvé cette «restauration», même en tenant compte d’une grande cérémonie à Paris, en l’honneur de Molay et tous les autres martyrs des Templiers. Napoléon, en devenant empereur, a créé une nouvelle noblesse. Peut-être qu’il a vu ces nouveaux templiers comme servant de contrepoids aux loges maçonniques, dont il se méfie en raison de leur radicalisme politique.

En 1808, grâce à un recrutement réussi la nouvelle ordonnance avait établi prieurés et commanderies à travers la majeure partie du grand empire, dont l’Italie et la Suisse. Liens avec ses origines maçonniques ont été coupés, avec cette Ordre du Temple en proclamant son autonomie et le respect de « la religion catholique, apostolique et romaine. » Ce début prometteur a été vite déçu par Fabre-Palaprat quand il a révisé les statuts de 1705 pour justifier l’hypothèse absolue puissance, un schisme a éclaté qui a duré jusqu’en 1814.

Lorsque l’unité a finalement été rétabli, l’Ordre de nouveau prospéré. Lorsque la monarchie constitutionnelle a été créée en France, l’Ordre a soutenu le roi Bourbon restauré, Louis XVIII, et le roi en retour accordé la reconnaissance Templiers. Lorsque Charles X a tenté de restaurer l’absolutisme royal, les Templiers soutenu la révolte de 1830 et le retour de la monarchie constitutionnelle. Une fois de plus Fabre-Palaprat est devenu la source de discorde. Auparavant, il avait formé l’Église Johannite des chrétiens primitifs. Lorsque, en 1833, il a tenté d’imposer ses croyances Johannite sur les Templiers, le résultat a été une fois de plus le schisme.Une faction a conservé ses traditions chevaleresques et l’obéissance à l’Église catholique. La mort de Fabre-Palaprat en 1838 a fourni une autre occasion à l’unité. Cette tentative a échoué lorsque les Templiers palaprien français ont refusé d’accepter le choix de Sir William Sidney-Smith, le Grand Colombie Avant, comme Grand Maître. En France, les Templiers de palaprien continué de choisir Regents jusqu’à ce qu’ils aient disparu de l’existence de nombreux prieurés Templiers 1870 puis est devenue autonome.

Les années de la Régence (gardiens), 1930 à nos jours

Le renouveau des Templiers au 20ème siècle doit son existence à l’évolution dans le Grand Prieuré de Belgique, qui avait été fondée par le docteur Fabre-Palaprat en 1825, les conflits de factions entre les membres catholiques et maçonniques, ainsi que les développements politiques européens, a entraîné dans son être mettre à dormir pendant plusieurs années. En 1932, plusieurs anciens membres ont établi un nouveau Grand Prieuré, prenant le nom de « L’Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem. » Dans l’espoir de rétablir cette Ordre du Temple en tant qu’organisation internationale, une régence a été formé.L’idée derrière cette Regency était que cela fonctionne comme la direction temporaire de l’Ordre jusqu’à ce qu’un nouveau Grand Maître pourrait être élu.

Emile-Isaac Vandenberg

Emile Isaac (Vandenberg)

Emile Isaac, qui a pris plus tard le nom de famille de sa femme, « Vandenberg, » pour cacher ses origines juives des nazis, était une figure clé à ce moment. Comme régent de ce belge Grand Prieuré, Emile a consacré beaucoup de son énergie à la revitalisation des Templiers prieurés à travers l’Europe, dont la France, l’Italie, le Portugal et la Suisse. Une telle évolution prometteuse a été écourtée par la Seconde Guerre mondiale. Regarde l’occupation allemande de la Belgique comme un danger pour la survie des Templiers, Vandenberg fait un transfert temporaire de la direction et des archives de l’Ordre de la prise en charge du Grand portugais Avant, Antonio de Sousa Fontes Campello. Une fois la guerre terminée, Emile a demandé la restitution des archives. Puis, de Sousa Fontes a profité de la mort subite d’Emile à prendre le titre de régent. Une fois de plus il y avait schisme, avec quelques prieurés rejetant sa direction.

En 1960, Antonio de Sousa Fontes Campello est décédé et a laissé dans son testament que son fils lui succéder comme régent de l’ordre. Il est intéressant de noter que l’original testament d’Antonio de Sousa Fontes était datée du 20 Août 1948, et non certifiées par un notaire avec les changements modifiées désignant son fils comme successeur jusqu’au 26 Février 1960, qui était onze jours après Antonio de Sousa Fontes était déjà mort! Comment un homme mort aurait pu modifier sa volonté d’assurer la succession de son fils est un mystère que nous ne le saurons jamais. Ainsi, en 1960, lorsque Fernando de Sousa Fontes Campello essayé de succéder à son père, s’attribuer le titre de prince régent, il a rencontré une vive résistance. Depuis le début de l’Ordre en 1118, Grands Maîtres ont toujours été élus et la succession héréditaire du siège du Grand Maître n’a pas de priorité. Donc, de nombreux prieurés n’acceptaient pas le fils de de Sousa Fontes comme le dirigeant légitime de l’ordre et bientôt ils se sont fatigués de la façon despotique il a essayé de se prononcer l’Ordre.

Zdrojewski

Grand Maître Zdrojewski

En 1969, Regent de Sousa Fontes a publié un édit Magistral convoquer un couvent générale qui d’abord rencontrer à Paris en Septembre, 1970 La plupart des prieurés étaient fatigués de despotique et antidémocratique leadership de Sousa Fontes, son mépris pour la transparence et la mauvaise gestion flagrante .À ce couvent historique général, prieurs qui n’avaient pas accepté le fils d’Antonio de Sousa Fontes (la majorité) élus général Antoine Zdrojewski (Grand Prieur de l’Europe et de la France) que le prochain Grand Maître.

Zdrojewski avait été le chef des opérations militaires polonais en France. La relation entre les Français et les Polonais, la lutte contre un ennemi commun, était très sympathique. Le gouvernement polonais en exil a également été regroupait secrètement les restes des unités de l’armée (ce qui aurait été la 3e et 4e divisions d’infanterie polonaise) pour un contact militaire directe pour déstabiliser l’occupation allemande de la France. Général Juliusz Kleeberg rassemblé une des plus grandes armées secrètes en France. L’unité est devenu connu comme l’Organisation polonaise de lutte pour l’indépendance (POWN) et a été plus tard commandé par le colonel  Zdrojewski.

Zdrowjeski est devenu un héros de la guerre en se distinguant comme le commandant de cette armée secrète et en 1944, après être devenu un citoyen français, le gouvernement français promu Zdrojewski au général. (9) (6) (1)

Fernando Fontes

Le Fontes défaite était à la fois choqué et furieux après l’élection de Zdrojewski mais il ne voulait pas obéir à la règle des Templiers de la relève en donnant le pouvoir. Il a essayé d’avoir les résultats annulé en disant que le général Zdrojewski n’a été élu Grand Maître parce que le Grand Prieuré français avait été « infiltré » par la police Gualist Secret Service d’action civique (SAC). Semblable à la CIA ou le MI6 d’aujourd’hui, la SAC a été créée par le président Charles de Gaulle comme une association loi de 1901 le 4 Janvier 1960, dans le but proclamé de fournir un soutien inconditionnel à la politique de de Gaulle (2). Il est vrai que le Grand Prieuré française comprenait des membres de la SAC, il n’a certainement pas été «infiltré». Plutôt, ceux-ci étaient leurs membres légitimement reconnus. Zdrojewski général avait servi sous, été promu général par, et a appuyé son ancien commandant, le président Charles de Gaulle. Il savait très bien qui sont les membres du CCS ont été et les accepta dans son français Grand Prieuré.

L’histoire est écrite par les pouvoirs politiques qui survivent pour raconter l’histoire. Alors que le président Charles de Gaulle était au pouvoir, la SAC ont été les héros défendant la République et la protection président Charles de Gaulle au cours des années suivantes précaires Seconde Guerre mondiale. Mais quand les ennemis politiques de de Gaulle ont pris le pouvoir, ils ont dépeint le SAC comme des criminels (la saleté peut être trouvée sur même le meilleur des organisations). Dire que le Grand Prieuré français a été « infiltré » par le SAC est aussi ridicule que de dire les Templiers d’aujourd’hui ont été infiltrés par des militaires à la retraite. Les Templiers d’aujourd’hui sont pleinement conscients qu’une grande partie de leurs rangs se composent de militaires à la retraite et de les accueillir dans.

La tentative ratée des Fontes avoir les résultats des élections annulés provoqué une scission au sein du OSMTH. Certains des grands prieurés, y compris le français, belges, suisses et polonais, ont suivi le nouvellement élu Zdrojewski général, et certains sont restés avec le Fontes vaincu. Alfred Zappelli (Grand Prieur de la Suisse), le général De Bruyn (Grand Prieur de la Belgique), et Badouraly-Somji Alibay (Commandeur de la Commanderie polonais) étaient également partisans du général Zdrojewski. Après l’élection du Zdrojewski, notre filiale est devenu connu comme OSMTJ (ou « OSMTJ-Zdrojewski »). Ceux qui ont continué à suivre de Sousa Fontes étaient connus comme OSMTH (ou « OSMTH-Regency »). « OSMTJ » est l’acronyme français, « Ordre Souverain Militaire et du Temple de Jérusalem. » « OSMTH » est la traduction latine de ce qui suit: « Ordo Templi Supremus Militaris Hierosolymitani » (« Hierosolymitani» signifie «Jérusalem»). En anglais, vous pouvez traduire le latin pour la « suprême (ou souverain) Ordonnance Militaire du Temple de Jérusalem. »

Le 22 Février, 1971, Grand Maître Zdrojewski a convoqué une réunion du Grand Conseil de tous les membres Grand Prieuré à Paris à Richelieu I. La première motion a été adoptée à ce Grand Conseil était un décret que Fernando de Sousa Fontes était désormais, dépouillé de tous les titres, grades , et avait perdu son droit de porter les robes et les insignes de l’Ordre. La raison pour cela était que le susmentionné avait affiché aucun respect pour la hiérarchie ou les règles de la succession de l’Ordre et avaient commis des violations des règles de discipline de l’Ordre. Plus précisément, Fernando de Sousa Fontes était connu pour vendre des rangs et des titres dans l’ordre sans fondement. En fait, bien que les règles de l’Ordre énoncées seul Grand Prieur par pays à la fois, Fernando de Sousa Fontes avait accepté des pots de vin de nommer plusieurs Grands Prieurs simultanés dans de nombreux pays (« Grand Prieur» est censé être le titre de la un chef de file national dans chaque pays).Par exemple, a accepté des pots de vin Fontes de nommer six Grands Prieurs simultanées en France, cinq en Espagne, deux aux États-Unis deux fois (simultanées US Grand Prieuré en ’64 et ’95 à nouveau), deux en Ecosse, et deux en Serbie. Chacun de ces Grands Prieurs, étant amenés à croire qu’ils seraient le seul chef de leur nation, ont dû payer une petite fortune pour de Sousa Fontes pour ce poste seulement pour découvrir Fontes a été revend cette position à d’autres!

À la fin de 1973, le Grand Maître Zdrojewski a effectué une réorganisation de la OSMTJ et une réforme des statuts. Il a approuvé les grands prieurés réaffirmant l’indépendance de la Fédération internationale des Autonomes grands prieurés de la OSMTJ (Chaque membre Grand Prieuré a été reconnu comme autonome). Le Swiss Grand Prieuré accepté ces statuts réformés en 1973, tandis que les grands prieurés belges et des États-Unis entre eux ont accepté en 1975.

Alfred

L’un des dirigeants les plus importants de la OSMTJ à cette époque était le Grand Prieur de la Suisse, Alfred Zappelli. Zappelli est installé à Genève où il était un banquier et conseiller financier (3). Il est devenu le Grand Prieur de la Suisse à partir de 1967 jusqu’à ce que les 90 milieu, sauf pour une brève dispute avec le Grand Maître entraîne son expulsion en 1971 et le rétablissement de l’année suivante. Le OSMTJ subi quelques années tumultueuses de 1974, jusque vers la fin des années 70 quand il était nécessaire pour le Grand Maître Zdrojewski de garder un profil bas en raison de changements dans les pouvoirs politiques de la France (l’élection du nouveau président français Valéry Giscard d’Estaing en 1974). Certaines répercussions ont été infligées sous la forme d ‘ »enquêtes » (chasse aux sorcières) sur les partisans de haut profil de l’ancien président français Charles de Gaulle, ainsi que contre d’anciens membres de son SAC. Zdrojewski général avait été l’un des plus fervents partisans du général de Gaulle. Durant ces années, Grand Prieur Alfred Zappelli intensifié pour tenir le OSMTJ ensemble. Zappelli recruté et introduit Philip A. Guarino au Grand Maître qui a nommé Philip Zdrojewski Grand Prieur des États-Unis le 15 Février 1973 (TheKnightsTemplar.org) (8). Zappelli a ensuite fondé plusieurs autres grands prieurés dont une en Italie sous Pasquale Gugliotta, qui a été nommé grand bailli de l’Italie le 16 Juin, 1976 (2). Alfred a continué de donner des conférences sur les Templiers et le recrutement pour le OSMTJ partout dans le monde. En dépit de sa position importante, Zappelli était un homme humble mais il a continué à avoir une relation controversée avec le Grand Maître jusqu’à ce qu’ils se séparèrent pour une deuxième fois.

Georges Lamirand

Général Antoine Zdrojewski resté Grand Maître jusqu’à sa mort en 1989. Avant sa mort, en 1986, il a publié une Charte de la transmission qui a donné le pouvoir de Georges Lamirand, le grand sénéchal, et l’a désigné comme son successeur. Lamirand, le directeur de l’usine Renault Billancourt, avait servi comme Grand Prieur de France. Comme Zdrojewski avait voulu, Georges Lamirand réussir Zdrowjewski Régent (Gardien) de l’ordre, et puis il a continué à être élu Grand Maître. Lamirand avait commencé la guerre comme officier d’artillerie en 1939, mais avait été promu rapidement gravi les échelons pour devenir le secrétaire général de la Jeunesse Vichy à partir de Septembre 1940 à Mars 1943. A partir de 1943, il a secrètement commencé à travailler pour la Résistance française et après ‘ 43, il a ouvertement travaillé contre le gouvernement de Vichy. Lamirand était aussi le maire de La Bourboule, Puy-de-Dôme de 1955 à 1971. En 1986, Georges Lamirand était en mauvaise santé et a nommé le Grand Commandeur, le Dr Nicolas Haimovici Hastier, au bureau du Grand Commandeur et Gardien de la foi (11).

Profil finale

Lorsque Lamirand est mort le 5 Février 1994, son Grand Commandeur et Gardien de la Foi, le Dr Nicolas Haimovici Hastier, est devenu le régent de l’Ordre. Dr Nicolas était naturalisé français, marié à une allemande, et avait vécu longtemps à Nice, France (sur la Côte d’Azur) avant de passer à Sanremo, en Italie (11) (3).

Nicolas était un médecin distingué avec plusieurs publications scientifiques, ainsi que d’un consultant pour l’administration américaine. Il a enseigné dans diverses universités en France et aux États-Unis et a été un gouverneur de district du Rotary en France. Nicolas était un brillant auteur et en 2001, en ​​collaboration avec le Dr Stelio Venceslai, il a écrit le livre, La règle de l’Ordre des Templiers. Il lui a fallu environ 14 ans pour écrire ce livre et est considéré comme un chef-d’œuvre: http://www.sartori.com/osmth/osmth4/book/. Regent Nicolas nommé Romolo Lucioli, le Grand Prieur de l’Italie, d’être le Grand Commandeur de l’Ordre OSMTJ.

Parmi les prieurés qui avait d’abord séjourné fidèle à De Sousa Fontes la suite de sa défaite 1970, il n’a pas fallu longtemps pour que la majorité se rendre compte qu’ils étaient restés avec le mauvais homme. Fernando De Sousa Fontes, jusqu’à ce moment, avait lui-même appelé le « Regent » ou le gardien de l’ordre jusqu’à ce que le temps d’un Grand Maître pourrait être élu. Maintenant, il a changé son fusil d’épaule alors qu’il continuait démantèlement chaque processus démocratique dans le OSMTH jusqu’à ce qu’il a unilatéralement modifié les statuts pour se donner le titre de «Grand Maître». Ses statuts révisés, qu’il a créée en 1990, a déclaré que si un Grand Maître avait pas été élu pour 903 jours, le Regent devient automatiquement Grand Maître de la vie sans élection! Lorsque ses dirigeants nationaux unis dans leur demande d’un Conseil des Grands Prieurs pour leur permettre d’avoir une certaine entrée, Fontes se moquait d’eux en créant ce conseil avec seulement sa famille en tant que membres! En 1995, une poursuite a été déposée contre Fontes et il y avait des allégations de l’avoir gâchées une partie importante des cotisations pour financer son propre style de vie somptueux (7).

À ce stade, en Novembre 1995, la majorité des OSMTH grands prieurés sous Fontes assemblé dans la ville autrichienne de Salzbourg et démocratiquement élu de quitter Fernando de Sousa Fontes, en effet, la création d’un nouvel ordre OSMTH (l’ordonnance initiale en vertu de Fontes étant appelé le « OSMTH-Regency ou OSMTH-Porto »). Il est important de noter que leur Grand Maître, de Sousa Fontes, ni autorisé ni assisté à cette réunion et qu’aucune élection a eu lieu lors de cette réunion (12). Nous respectons cette nouvelle OSMTH que nos frères et sœurs pour nous comprenons pourquoi ils ont rompu avec de Sousa Fontes.

Références

(1) Zdrojewski promu General:  http://www.swordforum.com/forums/showthread.php?75540-Would-love-some-assistance-on-this-sword

(2) SAC  ( français :  Service d’action Civique ; ou  du service civique d’action https://en.wikipedia.org/wiki/Service_d’Action_Civique

(3) Alfred Zappelli http://news.google.com/newspapers?nid=1291&dat=19771002&id=lidUAAAAIBAJ&sjid=B40DAAAAIBAJ&pg=4825%2C4612611 

(4) Pasquale Gugliotta nommé bailli de Italy  http://books.google.com/books?id=x-uhAgAAQBAJ&pg=PT36&lpg=PT36&dq=Pasquale+Gugliotta+Bailli&source=bl&ots=vkVzPcOXUx&sig=qJGmEqBuoMcddhpaH8_rG0xE1Ew&hl=en&sa=X&ei=9qb8UueuIOTN0QHngIHQDg&ved=0CCkQ6AEwAA#v=onepage&q=Pasquale%20Gugliotta%20Bailli&f=false

(5) Walter Grandis expulsé du OSMTJ le 6 Août 2005,  http://osmtj.net/walter-grandis-expelled/

(6) Contexte général Antoine (ou Antoni) Zdrojewski sur  http://pl.wikipedia.org/wiki/Antoni_Zdrojewski

(7) Walter Grandis expulsé du OSMTJ le 6 Août 2005,  http://osmtj.net/walter-grandis-expelled/

(8) Voir Procès: SMOTJ Inc. v de Sousa Fontes, affaire n ° USDC Texas n ° 3-995CV-0890G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>